Etudiant et entrepreneur : comment et pourquoi Aloïs a lancé sa marque de vêtements de sport écoresponsable ?

Etudiant et entrepreneur : comment et pourquoi Aloïs a lancé sa marque de vêtements de sport écoresponsable ?
Comment jongler entre vie étudiante et entrepreneuriat ? Aloïs nous répond en donnant des conseils sur base de son expérience personnelle. Il est fondateur de Spreen Athletics, une jeune entreprise qui, en plus d’offrir une gamme de sportswear écoresponsable, cherche à allier sport, écologie et changement positif grâce au mouvement « Move for Change ». 

Bonjour Aloïs ! Présente-toi brièvement en quelques mots, explique-moi ton parcours avant Spreen Athletics

Je m’appelle Aloïs Echard, j’ai 23 ans, je suis entrepreneur la journée et étudiant le soir. J’ai fait un parcours scolaire classique dans divers établissements à Bruxelles. Cependant, j’ai toujours eu besoin de mettre en pratique ce que j’apprends, c’est pour ça que vers 16 ans, j’ai choisi une option audiovisuel, ça m’a permis de développer mes premières compétences en design et en photographie. Ensuite, avant d’entamer l’université, je suis parti pendant un an à Vancouver au Canada pour apprendre l’anglais et me découvrir un peu plus. À mon retour, j’ai commencé un cursus en communication bilingue, je m’y plaisais bien, mais j’avais besoin de quelque chose en plus, j’ai alors décidé de me lancer dans un projet entrepreneurial 

 

Que signifie pour toi l'entrepreneuriat ?  

Pour moi, l’entrepreneuriat, c’est l’opportunité d’avoir un impact positif grâce à un projet. Je veux pouvoir apporter ma « pierre à l’édifice » et apporter ma solution à une problématique sociale et/ou environnementale 

D’où est venue l’idée de Spreen ?  

Pour moi, le sport est un point d’ancrage. Il me permet de me recentrer sur moi et d’oublier les petits soucis du quotidien. De plus, une pratique quotidienne m’a permis de me développer, autant physiquement que mentalement. Mais après avoir vu le documentaire « True Cost » d’Andrew Morgan (2015), qui met en lumière l’impact social et environnemental des grandes marques de vêtements, je me suis rendu compte que ce que je portais ne correspondait pas à mes convictions. J’ai donc pensé à une alternative à ces grandes marques et c’est pourquoi j’ai imaginé Spreenune marque de sportswear 

 

Spreen, c’est alors la somme de 3 valeurs très importantes pour toi : l’écologie, le sport et l’entrepreneuriat. Quelle a été ta plus grosse difficulté durant ton parcours Spreen et comment tu as réussi à la surmonter ? 
 
C’est difficile pour moi de raconter « la » plus grosse difficulté, car l’entrepreneuriat, c’est la somme de plusieurs réussites et de plusieurs échecs. C’est en fin de compte, après avoir franchi une étape, qu’on peut regarder derrière soi et se dire qu’on a réussi à surmonter tout cela.  

 

De qui est composée l’équipe Spreen ?  

Pour le moment, notre équipe est composée de 5 personnes. Après avoir fondé Spreen Athletics, Léonie a rejoint le projet en tant qu’associée afin de m'aider à accélérer notre croissance. Nous avons également 3 stagiaires qui nous aident quotidiennement dans la communication et le marketing et sont d’une aide précieuse : Adriana, Marie et Jireth ! Elles ne sont là que pour quelques mois, mais avec Léonie, nous les considérons comme faisant partie de la team 

 

Un conseil à donner pour les futurs entrepreneurs ? 

Selon moi, il ne faut pas attendre d’avoir des associés pour se lancer. La pire chose à faire dans l’entrepreneuriat, c’est d’en chercher un rapidement, car c’est en le faisant qu’on fonce droit dans le mur. Ce que je ne savais pas avant d’être entrepreneur, c’est qu’on rencontre énormément de monde au quotidien. Ce "match" avec la personne qui aidera vraiment au projet se fera naturellement et en temps voulu. En tout cas, il ne faut pas attendre une tierce personne pour se lancer dans le projet, il faut y aller directement. Aussi, au plus on est jeune, au moins on a à perdre. On peut vite se relever et recommencer. Le jeune âge pour moi, n’est pas un inconvénient, mais un gros avantage. 

 

Pourquoi avoir choisi ce nom ?   

Après de nombreuses réflexions et échanges sur le nom du projet, le mot Spreen est arrivé. C’était le mot parfait. Le mot "Spreen", est composé des deux éléments représentant notre ADN : Sprint pour le sport, l’activité physique et Green pour l'écologie et la durabilité

 

Et pourquoi ce logo ?  

On s’est lancé dans les essais de logos et on avait une quinzaine de pages sur le logiciel Illustrator. Toutes les idées se ressemblaient un peu, mais n’étaient pas exactement les mêmes. J’en ai pris quelques-unes et je les ai montrées à mon entourage pour savoir ce que ça leur évoquait. Le meilleur moyen de tester un logo est de demander à d’autres personnes à quoi ça leur fait penser. Et c’est finalement ce symbole qui est ressortit. Notre logo représente notre ADN : le « S » de Spreen créé à partir de deux demi-feuilles en rappel à la nature, le tout avec une forme dynamique pour faire penser au mouvement. 

  

Je vois, le slogan de Spreen « Move for Change », que signifie-t-il exactement ?  

Ce slogan est arrivé quelques mois après la création du projet. En plus de faire du sportswear fabriqué en Europe à partir de fibres recyclées, je voulais que Spreen soit source d’inspiration pour tous. Une marque qui fédère une communauté autour de valeurs communes. Move for Change signifie « bouger pour le changement » en anglais. Un changement qui contient 3 dimensions. La première est personnelle : il n’y a qu’en étant meilleur physiquement et mentalement que nous pouvons avoir un impact positif autour de nous. Pour nous, la meilleure façon de s’améliorer passe par une pratique du sport quotidienne. La deuxième est environnementale : il faut protéger notre terrain de jeux, notre planète. Nous voulons créer une « chaîne de production vertueuse », on choisit ainsi les matières les plus éco-responsables possibles pour limiter les dégâts et proposer une alternative pour les personnes qui veulent changer leur mode de consommation. De plus, nos vêtements sont emballés dans du papier et livrés dans des cartons recyclés et recyclables (sans oublier l’encre végétale !). Spreen cherche chaque jour des solutions pour s’améliorer en termes d’écoresponsabilité. Enfin, le dernier, un changement social : en commençant par des bonnes conditions de travail lors de la fabrication des vêtements. Nous avons choisi pour cela une usine en Lettonie, à Riga, qui respecte des conditions de vie et de travail dignes.   

Donc, il faut travailler sur le plan personnel avant d’impacter le plan collectif ?
 

Nous fabriquons des vêtements pour accompagner la progression de chacun dans le sport, mais nous voulons aller plus loin que ça en créant une communauté de personnes partageant les mêmes valeurs.
 

Allons un peu plus loin, comment vois-tu Spreen dans 5 ans et est-ce que tu envisages, par exemple, un magasin physique ?
 

Dans l’idéal, dans 5 ans, Spreen aura fédéré cette communauté qui était recherchée. Je veux que Spreen soit perçue comme la marque alliant le sport et la responsabilité. Je veux d’abord réussir à m’étendre en Europe puis dans d’autres continents. Je veux que la marque ait comme dénominateur le changement par le sport. Pour ce qui est du magasin physique, ce n’est pas vraiment dans les priorités. Cela viendrait à imposer quelques barrières notamment linguistiques et géographiques et c’est justement ce que veut éviter Spreen  

Merci pour tout Aloïs, un mot pour la fin ?  

Ce qui est important pour les jeunes projets, c’est d’en parler autour de soi. C'est valable pour tous les projets qui prônent une autre manière de consommer, qui véhiculent des valeurs et qui veulent impacter positivement la société ou l’environnement. De plus, le bouche-à-oreille est un excellent marketing organique. Grâce aux réseaux sociaux, c’est facile de partager avec son entourage tous ces beaux projets. Pour les futurs entrepreneurs, je dirais de ne pas avoir peur, de se lancer. La persévérance est la seule chose qui vous fera surmonter vos obstacles. Il ne faut aussi jamais oublier pourquoi vous avez commencé et quel est votre but. Ne pas perdre de vue son objectif, c’est quelque chose de difficile quand vous êtes un peu submergé de travail mais, vraiment, il ne faut pas l’oublier. 

Et toi? T'as déjà eu des idées de projets? Dis nous tout en commentaire !
 

 N'hésite pas à partager cet article autour de toi ! 🌟

 


1 commentaire


  • Chartier

    Merci pour cet article où on découvre vraiment la start up 👍 ainsi que l équipe qui la compose .
    Je vous souhaite à tous une belle réussite .
    Les vêtements sont tellement conforts 👍
    Cécile France


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés